EN SUISSE POUR REMPLIR LA CAISSE DE BORD...

January 10, 2020

 

En Suisse, le rythme n’est plus tout à fait le même que sur l'eau... Boulot, dodo, boulot… Mais heureusement, il y a aussi les moments précieux avec la famille et les amis… C’est le côté positif de ce retour en Suisse ! Sans domicile fixe, notre sac est toujours prêt et durant nos congés, selon la formule « j’irai dormir chez vous », nous squattons les canapés ou les chambres d’amis. Même en Suisse, nous menons une vraie vie de vagabond ! 

 

La caisse de bord se remplit petit à petit... Tom effectue divers emplois temporaires et il vit à Berne chez sa maman. Il a eu tellement de propositions de travail qu’il a même dû en refuser ! Je dois dire que j’avais des soucis que ça ne fonctionne pas et qu’il ne trouve pas facilement de travail, mais la conclusion c'est : quand on veut, on peut et quand on est motivé, prêt à faire n’importe quel job, on trouve toujours du boulot ! 

 

De mon côté, j’ai travaille comme infirmière et j'ai trouvé un emploi pour cinq mois dans un hôpital psychiatrique situé dans la magnifique région de la Gruyère. Ici, on trouve le meilleur fromage du monde ! C’est presque une religion dans cette région et autant dire que j’en fait une cure ! Reprendre le régime cheddar à bord du bateau sera certainement difficile…

 

Je vis dans une petite chambre de 12 mètres carrés au bâtiment du personnel, c’est plus grand que les 9 mètres carrés de Vagabond ! Il y a des douches et une cuisine en commun. Je travaille deux week-ends par mois, donc, Tom et moi on se voit très peu. Cela nous fait du bien, on vit l’un sur l’autre tout le reste de l’année !

 

Je sais que je me lève chaque matin pour donner le meilleur de moi-même. Ma motivation, aller au bout de mon rêve : faire le tour du monde ! J’ai la chance, mon boulot me plaît beaucoup et je vis dans un coin de paradis, les paysages sont vraiment magnifiques ! Et puis, retrouver les amis et la famille me motive à rentrer chaque année…

 

 

Et Vagabond ? Qu’est-ce qu’il devient pendant tout ce temps ? Eh bien, il profite de vacances bien méritées (sous la pluie). Vagabond repose sur un petit chantier très sympa au sud de Tahiti. 

 

Tom s’envole pour Tahiti début avril et moi j’arriverai un mois plus tard. On a filé un job à un copain qui s’est occupé des travaux de peinture de la coque (et remonter encore un peu la ligne de flottaison). Un point en moins sur la liste. Aujourd’hui, le jaune canari est éclatant, Vagabond est tout beau tout neuf ! Tom aura encore la peinture sur le pont à refaire ainsi que toute une liste de travaux techniques et améliorations. La femme à bord demande un minimum de confort : une table dans le carré, un supplément de panneaux solaires pour avoir un petit peu plus d’électricité, un frigo euh non, ça ce n’est malheureusement pas encore dans notre budget mais on a investi dans une petite glacière à compresseur de marque Engel, peut-être qu’elle fonctionnera mieux que notre ancienne et on aura au moins de la bière fraîche… Nous avons enfin enlevé l’ancien vieux frigo foutu qui servait d’armoire et on gagne ainsi un immense espace de stockage, mais il faudra faire quelques travaux de menuiserie pour le construire. 

 

Avant de terminer cet article, je laisse la parole à Tom pour une petite rétrospective de l’année 2019 écoulée… (Un texte qu’il a envoyé à nos amis germanophones et que j’ai traduit et légèrement modifié)

 

RETROSPECTIVE 2019…

 

Quelques rayons de soleil se frayent un chemin à travers les nuages ​​gris qui dominent la teinte du ciel, ici à Berne, en Suisse. Mes pensées vagabondent... Je repense à Noël, il y a un an, quand Anisia et moi, nous étions au mouillage avec notre maison flottante du côté des Caraïbes au Panama. Le passage du canal de Panama était imminent. Nous avions prévu de traverser l'immense océan pacifique, qui couvre 35% de la superficie de notre planète bleue. Une zone plus grande que celle de tous les continents réunis. C'était la deuxième fois de ma vie que j’allais relever ce défi extraordinaire. Pour Anisia, c'était nouveau, comme toutes les étapes depuis le début de notre voyage, qui a démarré au sud de la France, il y a près de trois ans... Je voudrais faire un grand compliment à ma meilleure moitié. Malgré le mal de mer récurrent et de nombreuses aventures, dont certaines sont à la limite, elle est toujours à bord et elle a toujours la vision de ramener, un jour, notre Vagabond en Méditerranée. Je suis très reconnaissant à son égard !

 

 

Le Pacifique a dominé et façonné notre année 2019. Après deux mois de préparation dans le golfe de Panama, à la fin du mois de mars, c’était le départ de la grande traversée qui allait prendre 47 jours. Une légère collision avec une baleine a endommagé notre système de direction automatique mécanique qui a perdu le safran (gouvernail). Nous avons dû diriger le bateau les 2 dernières semaines à la main. 24 heures par jour, Anisia et moi, tour à tour à la barre... C'était probablement notre plus gros test depuis que nous étions en route ! Mais nous avons relevé le défi et avons atteint le paradis des îles Marquises début mai. Notre ancre est tombée dans une baie idyllique au nord de l'île de Hiva Oa. Nous avons passé plus de 3 mois dans cet archipel isolé et avons également visité les îles de Nuku Hiva et Ua Pou. Ce séjour à "Te Fenua Enata", « la terre des hommes », comme s'appelle le groupe insulaire dans sa langue maternelle, a été un "coup de cœur" absolu.

 

 

 

En août et septembre, nous avons visité l'atoll de Fakarava dans l'archipel des Tuamotu. Pendant un mois, nous avons apprécié la douce vie et plongé dans l'eau bleu turquoise des lagons. Nous avons définitivement pu surmonter notre traumatisme des requins (merci à Steven Spielberg :-)). L'impressionnante présence de requins à Fakarava est légendaire ! (Je recommande le film : "700 requins la nuit").

 

 

 

Nous avons terminé notre saison de voile à Tahiti et Moorea. Cette phase a été principalement caractérisée par la présence de nombreuses baleines à bosse. Nous avons eu la chance de découvrir ces mammifères marins, mesurant jusqu'à 16 mètres de long, sous voile, au mouillage et en plongée en apnée. Je n'oublierai jamais le son primitif et apaisant du chant des baleines lorsque nous avons pu nous immerger à quelques mètres d'une mère et de son petit à l'entrée d'une baie au nord de Moorea.

 

 

Fin octobre, le dernier voyage en voilier nous a finalement emmenés de Moorea à Tahiti. Vagabond est sorti de l’eau et il nous attend dans un petit chantier naval (situé à Taravao) jusqu'au début avril. Il mérite une pause ! Ce merveilleux petit sloop en acier nous a amenés de Martigues dans le sud de la France jusqu’en Polynésie ... Parfois, j’ai l’impression que c’est surréaliste : ce petit voilier jaune compte désormais 20’000 km dans le sillage !

 

EN 2020... 

 

L'année à venir, nous avons encore beaucoup de découvertes qui nous attendent dans l'immense océan Pacifique. Nous replongerons dans le monde insulaire de la Polynésie à partir de mai 2020. Par-dessus tout, nous voulons revivre les atolls des Tuamotu et les îles de la Société de manière approfondie. Ensuite, nous mettrons probablement le cap plus à l'ouest et les Samoa, les Tonga et les Fidji pourraient alors être sur notre route...

 

Nous nous réjouissons déjà d'une année 2020 aventureuse et vous souhaitons à tous une bonne année ! Tout d'abord, la bonne santé, la joie de vivre, le plaisir et le succès devraient vous guider comme un fil rouge à travers les 365 premiers jours de cette nouvelle décennie !

 

Amicalement, Tom et Anisia

 

 

 

Please reload