Panama, un petit pays étonnant !

June 14, 2018

Quand le ciel nous tombe sur la tête…

 

C'est le déluge, un rideau d'eau s'écoule le long des parois de cet ancien bus scolaire américain transformé et repeint avec de multiples dessins très créatifs, de véritables chefs d’œuvres ! Qu’est-ce qu’ils sont beau les bus panaméens ! Les sièges sont conçus pour des enfants, Tom se recroqueville et fait preuve d'une souplesse insoupçonnée. La cumbia, musique locale, met l'ambiance. La visibilité est très médiocre, des trombes d'eau tombent du ciel, à tel point que l’on se croirait dans un sous-marin. Des éclairs tombent de toutes parts et le tonnerre gronde comme s'il pleuvait des bombes, je n'ai jamais vu des orages aussi violents qu'ici au Panama ! Impressionnant ! Il paraît que de nombreuses vaches sont si terrifiées au point de faire des crises cardiaques ! Le chauffeur roule à vive allure à l'aveuglette au son du klaxon dans un chaos total.  Bienvenue à Colon ! La ville est connue pour avoir un taux de criminalité particulièrement élevé. Nous ne nous aventurerons pas plus loin que le terminal du bus pour la ville de Panama. Ce bus-là est moderne, confortable et climatisé. Dans une heure et demie, nous arriverons dans la capitale... 

 

 

Panamarina, un petit paradis…

 

Nous avons passés deux semaines à Panamarina, une petite marina tenue par un couple français. L’ambiance est familiale et chaleureuse. Un lieu unique au cœur d’une jungle luxuriante dans le parc national de Portobello. Plus d'infos en cliquant sur le lien suivant : www.panamarina.net

 

Les singes hurleurs annoncent la pluie. A entendre leurs rugissements, on s’attend à rencontrer de gros gorilles mais en fait, ils sont petits et n’ont rien d’agressif. Les ballades dans la jungle sont fascinantes et tous nos sens sont en éveil. Les papillons sont géants, les plantes gigantesques, tout est plus grand, plus vert et la terre est rouge… Qu'est-ce que c'est beau ! J’ai la tête en l’air en espérant voir les singes et les paresseux, mais il ne faut pas oublier de regarder aussi où l’on met les pieds…  

 

C’est le paradis ! Un seul bémol : les chitras, de minuscules moucherons qui nous dévorent et nous laissent des boutons nous donnant l’air d’avoir la varicelle... Notre première nuit sur une bouée dans les mangroves est mémorable ! Les piqures grattent à devenir fou ! Nous avons ensuite mis en place des astuces pour pouvoir survivre au milieu de cette invasion de bestioles. Une recette qui fonctionne bien : moudre une poignée de clous de girofle, ajouter ¾ litres d’alcool médicinal à 95%. Remuer 3x/j pendant 7 jours. Puis ajouter 1/3 d’huile bébé Johnson. C’est prêt, on se tartine de ce mélange qui nous laisse un délicieux parfum de girofle sur la peau. Autre astuce : se couvrir, alors nous dormons en pyjama et avons chaud comme jamais ! Le thermomètre affiche 35 degrés à l’intérieur du bateau ! Bienvenue dans le climat équatorial !

 

Vagabond est hors de l’eau. La coque est dans un excellent état hormis les quelques points de corrosion en lien avec la ligne de flottaison qu'il faut remonter… Eh oui, Vagabond a pris du poids depuis qu'il a quitté le lac ! Le tronc d’arbre que nous avons heurté au large des côtes Colombiennes a enlevé la peinture à quelques endroits, cela ajoute un peu de boulot. Après avoir préparé le bateau pour le stockage, nous laissons Vagabond en vacances sur le chantier. J'avoue que c'est un peu émouvant de le laisser... La relation que nous entretenons avec le voilier est particulière. C’est notre maison et notre moyen de transport, mais c’est aussi notre porteur de rêves...

 

Panama City, une ville en pleine effervescence !

 

Nous arrivons à Panama City dans le quartier Obarrio où nous avons réservé une chambre chez une famille via Airbnb. Jusqu'à présent, nous avions fait de bonnes expériences grâce à cette plateforme. En quête de rencontres et d'échanges avec les locaux, nous préférons être logés chez l'habitant plutôt qu'à l'hôtel. Mais cette fois-ci, l'expérience nous a quelque peu refroidi... Nous avons quitté la jungle pour nous retrouver en pleine jungle urbaine. Entourés par de sombres grattes ciels, nous marchons sur des trottoirs défoncés ou absent, si je ne tombe pas dans un trou c'est un miracle ! C'est sale et c'est moche ! Les rues sont désertes. Il est 20h, nous venons juste de déposer nos affaires à l'appartement chez une jeune femme qui nous accueille froidement et nous montre la chambre qui est correcte. Nous sortons à la recherche d'un repas, mais rien à part quelques restaurants super chics, super chers. Nous finissons par trouver un horrible « Steak House » où nous mangeons un misérable burger à 12 balles entourés d’écran TV. Nous espérions au moins trouver un endroit où boire un verre, mais nous finissons assis devant un immeuble avec deux bières à l'emporter à se demander : qu'est-ce qu'on fou là ??! Plein de regrets de n'avoir pas pris un hôtel dans la vieille ville. L'ambiance dans l'appartement nous met mal à l’aise. Ces gens ne désirent aucun contact avec nous, ils peinent même à répondre à nos bonjours et nos sourires. Il est clair que le seul intérêt pour eux, c'est l'argent et rien d'autre.

 

Le coût de la vie au Panama a triplé ces dix dernières années. Le salaire minimum est à peine à 600 dollars et on se demande comment font les gens ! Il n'y a que les transports qui sont raisonnables mais les logements et l'alimentation coûtent très cher ! Alors, on comprend pourquoi des jeunes de la classe moyenne louent une chambre et se retrouvent à dormir par terre dans la buanderie. Ils sont scotchés devant la TV et les téléphones portables. Le gamin d'à peine huit ans passe tout son temps devant l'écran et ce jusqu'à 2 heures du matin ! Triste… Tout comme le pauvre lapin à poils long qui cuit sur le balcon qui sert de fumoir…

 

Les grattes ciels qui nous entourent sont impressionnants. Il s'en construit une douzaine par année. Panama est la ville d'Amérique latine qui comprend le plus de gratte-ciel après Sao Paulo mais devant Mexico et Buenos Aires. Panama City est en pleine effervescence.

 

 

Il y en a qui ont fait fortune ici et nous découvrons un tout autre monde en haut de la colline des multimillionnaires où nous sommes invités à l'anniversaire d'un ami d'un ami. Mais d'abord, il faut que je vous présente Alli, un sacré personnage ! 

 

Retrouvailles et émotions

 

Alli vit sur des bateaux depuis les années 70. Cet ancien cadre ingénieur menait une vie de famille en Allemagne jusqu'à ce qu'un événement tragique bouleverse sa vie. Il a 29 ans et part voyager en bus VW jusqu'en Inde, c'est l'époque hippie et il raconte toujours ses aventures avec beaucoup d'entrain et de passion. De retour de son voyage, il rencontre Gerti et ensembles ils retapent un bateau qu'ils trouvent dans une déchetterie. Ils le revendent en Turquie pour un autre bateau qu'ils rénovent et partent pour un tour du monde. Ils ont deux enfants et s’arrêtent au Panama. C'était il y a 20 ans. Aujourd'hui, ils vivent toujours sur leur superbe voilier en acier rouge de 10 mètres. Alli, le regard bleu et le sourire derrière sa magnifique grande barbe, s'excuse pour le bordel. Pourtant, son bateau a un charme particulier, il raconte l'histoire d'une vie et d'un couple hors du commun. Le chat, que seul Alli peut caresser, m’attaque dès que je tente de le toucher. Un corbeau est devenu un moussaillon à bord de son voilier Genesis. Il chante, fait du bruit, chie partout et mange la nourriture du chat ! Gerti parle au moins cinq langues, elle est guide touristique, passionnée par la nature et la jungle, on va bien s'entendre ! Alli, soudeur et bricoleur est toujours appelé à travailler sur les bateaux. Leurs deux enfants sont aujourd'hui adultes. Éric son fils est connu pour avoir écrit le seul guide nautique sur le Panama et ses îles. 

 

 

 

Tom, lors de son précédent voyage avait passé huit mois au Panama. En cliquant sur l’article intitulé "LE PACIFIQUE ET LES LATINOS" vous découvrirez l'article qu’il avait publié dans un magazine de voile.

 

De nombreuses amitiés avaient enrichies son séjour, dont Alli que nous retrouvons aujourd'hui au mouillage. Douze ans plus tard, la surprise est immense et l'émotion très intense ! Je commence à comprendre pourquoi Tom a tant aimé le Panama…

 

Alli nous propose de l'accompagner à l'anniversaire d'un de ses amis. En Occident, ça ne se fait pas de débarquer comme cela à une fête chez des gens que l'on ne connaît pas mais ici, la culture est bien plus ouverte. Que l'on soit un hippie qui vit sur un bateau ou un multi millionnaire, cela ne fait absolument aucune différence ! A la fête, nous découvrons toutes les catégories et les styles de personnes qui se mélangent dans une ambiance très chaleureuse. Nous nous retrouvons sur la colline des millionnaires dans une villa grandiose et somptueuse avec tout le luxe que l’on peut imaginer ! A l’entrée de la villa, mes yeux sont émerveillés devant l’aquarium gigantesque ! Un clown amuse la clique des enfants. Je suis subjuguée par le jardin et les piscines à étages donnant vue sur les grattes ciels illuminés en contre-bas, un truc de fou ! J'ai vu des maisons pareilles à la TV mais jamais en vrai ! 

 

C'est l'histoire de trois allemands de l'Allemagne de l'est qui partent dans les années 2000, sac à dos en stop à travers les États Unis dans le but de descendre jusqu’en Patagonie. Arrivés au Panama, Freddy n'a plus que 2000 dollars en poche et débute un business de vente d'ordinateurs. Très vite, il fait fortune. Florian fera aussi beaucoup d'argent dans le business et David, lui, aura un autre but : travailler le moins possible et avoir le temps car il a compris que le temps, c'est ce qu'il y a de plus précieux. A l’époque, Tom l’avait conseillé lors de l’achat de son trimaran sur lequel il vit depuis. David ne le reconnaît pas tout de suite, car il est vrai que depuis nos 45 jours en mer, Tom a perdu quelques kilos…  

 

Le charme de la vieille ville

 

Le lendemain, nous découvrons Casco Viejo, la vieille ville de Panama, avec ses anciennes maisons coloniales délabrées et celles qui ont été retapées, un vrai voyage dans le temps ! Le quartier est plein de charme. C'est le Panama City que Tom voulait me montrer et je commence à aimer ! Nous prenons le p’tit déjeuner au fameux café Coca Cola, le plus vieux restaurant de Panama où le décor nous plonge dans les années 50. L'endroit est très fréquenté par les locaux. On y mange pour des prix raisonnables, cela convient à notre budget.

 

 

Puis, nous rejoignons la rue des magasins très souvent tenus par des chinois. Devant les "one dollar shop", un crieur au micro invite les clients à entrer. La musique retenti dans les rues pleines de vie et de couleurs. Elle est là, la vie à Panama City ! Tous mes sens sont stimulés ! Les indiennes Kuna, toutes petites, dans leurs costumes traditionnels, ont quittés leurs villages pour venir faire des achats en ville. Le contraste est saisissant ! 

 

 

Dernière soirée, c'est Carolina que Tom retrouve. Une femme extraordinaire qui a tout un vécu… Nous partageons nos histoires de voyages en Inde et nous nous réjouissons déjà de la revoir lors de notre retour…

 

Au cours de ces quelques semaines, nous avons eu un petit aperçu du Panama, un petit pays étonnant plein de contrastes ayant beaucoup à offrir… Un pays connu pour son canal qui relie l’Atlantique au Pacifique et sépare l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud. Mais le véritable joyau du pays, c’est la nature. C’est un véritable paradis tropical ! Et enfin, un autre atout, se sont les plages et les îles San Blas et Las Perlas…

 

Voilà, tout un programme nous attend à notre retour au Panama en octobre… Mais en attendant, nous sommes arrivés chez mes parents en Bourgogne, où l’on se régale de bons vins et de délicieux fromages, tout en organisant notre retour en Suisse… Une autre aventure nous attend : trouver un emploi et un logement ! La motivation est grande car nous travaillons pour la poursuite de nos rêves…

 

 

 

Please reload