ESTEPONA

September 27, 2017

Cela fait un petit moment que je n'ai plus écrit, il est temps de vous donner quelques nouvelles ! Je vais commencer par le début et vous raconter la plus belle nuit de ma vie alors que nous naviguions dans la baie de Malaga, au moteur car c'était encore et toujours une mer d'huile que nous offrait la Méditerranée... C'était mon tour de faire une courte sieste d’une heure et demie avant de relayer Tom à la barre quand il m'a réveillé pour admirer le spectacle époustouflant qui s'offrait à nous : des dauphins tout autour du bateau nous accompagnaient sur un tapis de plancton phosphorescent qui illuminait la mer ! Un truc de fou !  D'une beauté indescriptible ! Je tendais mon bras depuis le cockpit au-dessus de l'eau et j'aurais presque pu les toucher. Tom les éclairait avec la grande lampe torche et la lumière semblait les attirer... Ils nous ont accompagnés une bonne partie de la nuit, c’était magique et j'en pleurais d'émotion, j'étais comme une gamine toute excitée les yeux remplis d'étoiles ! Ils étaient encore à nous escorter tôt le matin quand nous sommes enfin arrivés à Estepona.

 

Longue escale à Estepona en Andalousie

 

Loin de l’agitation touristique que l’on retrouve dans d’autres villes de la Costa Del Sol, Estepona a gardé son côté pittoresque et authentique. Cette ville respire la joie de vivre ! Le centre historique très fleuris est superbe avec ses maisons blanches et ses ruelles étroites, des places, des fontaines, des pots de fleurs colorés accrochés aux murs des maisons, à chaque rue sa couleur de pot et les habitants participent au décor de leur rue pour un résultat très réussi. Un régal pour les yeux et pour ceux qui comme moi aime la photographie. La longue plage de 2km est plutôt bondée en haute saison et il faudra attendre la fin des vacances espagnoles pour qu'elle retrouve son calme et son charme.

 

Le port est très animé et l’on trouve nombreux restaurants et bars. Un marché le dimanche attire les locaux et les touristes. A notre arrivée, nous avons reçu une bouteille de vin en guise de bienvenue de la part de la marina ! C’est bien la première fois depuis notre départ que l’on est si bien accueilli ! Nous avions prévu une escale d'au moins un mois à Estepona pour terminer les travaux et améliorer le bateau mais aussi pour passer un peu de temps avec un bon ami à Tom qui vit ici dans un petit coin de paradis…

 

Chaque matin, j’aime me réveiller en admirant le spectacle des pêcheurs qui rentrent, les bateaux chargés de poissons et des centaines et des centaines de mouettes qui les suivent et qui crient toutes excitées ! Qu’est-ce que c’est beau de prendre son petit déjeuner devant de telles scènes de vie d’un port de pêcheur ! J’aime ensuite avoir la compagnie des petits moineaux qui viennent chanter sur nos filières avant d’aller rejoindre les terrasses des restaurant où ils seront bien nourris… J’aime admirer les poissons autour du bateau, qui se régalent de nos restes de nourriture et qui parfois font des sauts acrobatiques trop drôle hors de l’eau ! Oui elle est belle la vie sur l’eau !

 

Vagabond a quelques voisins plutôt intéressants sur le ponton. Il y a le beau bateau orange de secours, à chaque fois qu’il sort c’est peut-être pour aller aider les pauvres migrants qui arrivent souvent par ici, ils seront ensuite pris en charge par la police et les centres pour réfugiés… Les côtes africaines sont proches et on les voit très bien par temps clair…

Et puis, il y a l’énorme catamaran de charter de luxe qui a même un mini terrain de golf sur le toit ! Apparemment selon son site internet, c’est 4’500 euros le week-end ou 13’500 euros la semaine !!! Il attire le regard des touristes et c’est vrai qu’il est plutôt imposant !

A l’entrée du ponton, l’ancien bateau de pêche, transformé pour les touristes, balade des groupes, souvent des jeunes anglais qui font la fête ! Lui, il a un jacuzzi sur le pont ! Bon, nous n’avons pas tout ce luxe mais Vagabond a été bien transformé et est devenu plus confortable !

 

Tom se modernise et installe le confort à bord !


Dès notre arrivée, il a fallu trouver la personne qui nous confectionnerait un toit de soleil mieux adapté que celui qu'on avait bricolé auparavant, une capote de roof (pour protéger la descente, cf photo), réparer et adapter la grande voile, monter dans le mat et installer un lazy jack (un système qui permet de mieux ranger la grande voile). Bref, Antonio était le gars qui allait pouvoir nous aider mais d’abord, nous avons dû nous armer de patience et aller tous les jours voir s'il s'est mis au boulot, sinon dans six mois nous serions toujours là à attendre...  Finalement, une fois motivé, Antonio a fait un magnifique travail de pro pour un prix très correct !

 

Ici, le rythme de travail n'est pas comme en Suisse ! On a dû s’y adapter. Sans stress et sans oublier la sieste de 14h à 17h ou plus, travailler comme si on était en vacances. Tiens par exemple les femmes de ménage qui nettoient les salles de bains du port, elles sont au moins 5, ça leur prend des heures parce qu’elles regardent des films sur leur téléphones portables, et ça papote et ça papote et encore et encore (les espagnols parlent beaucoup !) et là je repense à l’unique femme de ménage qui nettoyait tout notre service de psychiatrie, 12 salles de bains sans avoir le droit de s’arrêter…

 

Tom a installé une cuisinière à gaz ! Fini le pétrole ! C'est tellement plus simple de se faire un café sans devoir préchauffer et avoir des flammes jusqu'au plafond ! J'ai même un four ! L’éolienne installée, elle alimente en énergie notre nouveau frigo : une petite glacière à compresseur de 21 litres : la bière chaude n’est plus qu’un mauvais souvenir ! C’est un véritable luxe que l’on s’est offert ! Cela me donne la possibilité de garder les restes et les réutiliser, de pouvoir avoir du lait et du fromage, quel bonheur !

 

Une petite table dans le cockpit nous permet maintenant de manger comme des gens civilisés et en tête à tête romantique éclairé à la lampe à pétrole. Vive le confort ! Pour ceux qui connaisse Tom et sa philosophie du « Keep it simple and stupid », vous serez peut-être un peu surpris des changements qu’il a fait à bord… Eh oui qu’est-ce qu’un homme ne ferait pas pour sa femme ! Il a même installé un pilote automatique pour nous éviter les nuits épuisantes à la barre quand il n’y a pas de vent et que notre régulateur d’allure ne peut pas fonctionner et diriger le bateau…


Nous avons travaillé chaque jour, enfin, surtout Tom que j'admire pour son côté bosseur et fonceur, perfectionniste et minutieux, il soigne chaque détail... Je n'aurais jamais sa patience ! Parfois, je me sens inutile mais mon homme me rappelle alors toutes les choses importantes que j’accomplis à bord… Car un bateau c’est beaucoup d’entretien! « Far niente » est un mot que Tom ne connaît pas, il a bossé sans relâche pour que Vagabond soit enfin prêt ! Mais, il y a eu une journée où par la force des choses, il a dû s'arrêter car j'avais traité le sol de la cabine avec de l'huile qui a mis plus de 12h pour sécher. Nous obligeant à manger au restaurant l'unique et la meilleure paella qu’on a dégusté, nous réconciliant ainsi avec la bouffe espagnole qui, excusez-moi, mais n'est pas franchement à mon goût...

 

Je vous épargne la longue liste de tous les travaux qui ont occupés Tom pendant six semaines, il y a eu des moments où c’était vraiment la galère et je connais maintenant tous les vilains mots en suisse allemand ! « Gopfverdammi » étant son préféré ! A chaque problème, il y a toujours une solution ou un autre problème qui s’enchaîne… La bonne nouvelle, c’est que Vagabond est aujourd’hui ENFIN terminé ! Même si un bateau n’est jamais fini et qu’il y aura toujours des petites choses à améliorer, réparer et toujours du bricolage à faire… Tom peut dès à présent ranger sa boîte à outils et profiter pleinement de cette nouvelle vie !

 

Depuis notre départ de Suisse, nous avons eu des moments de découragement face aux difficultés que nous avons rencontrées et à la préparation du bateau qui fut longue et laborieuse… J’avoue qu’il y a même des jours où j’en suis arrivé jusqu’à détester le bateau et à vouloir l’échanger contre un camping-car ! Cependant, notre Vagabond c’est toute une histoire d’amour ! Il nous a montré toutes ses faiblesses et l’avantage c’est qu’on le connait maintenant de fond en comble et tout ce qui devait casser ou être changé l’a été.

 

Peter le capitaine

 

A Estepona, nous avons fait une rencontre qui nous a marqué. Peter un ancien capitaine d’énormes cargos pouvant aller jusqu’à 360 mètres de long sur 100 mètres de large ! Il a fait plus d’une fois le tour du monde aux commandes de ces gigantesques bateaux et il en a des histoires à partager ! Des histoires d’attaques de pirates qu’il a dû gérer, des histoires de l’ancienne Allemagne de l’Est d’où il vient, des histoires de l’Inde où il a passé plus de dix ans... Peter rayonne la joie de vivre ! Quand il sort sa guitare et joue des airs, c’est la fête ! 69 ans, mais il ne les fait pas, c’est un grand séducteur auprès des femmes! Fier d’être l’idole de son plus jeune fils, il est heureux de la vie qu’il a menée. Son voilier a le plus bel intérieur que l’on est vu jusqu’à présent, avec des objets partout qui rappellent ses souvenirs et son histoire, un décor avec des statues des dieux hindous dont il connait l’histoire de chacun. C’est un passionné et j’aime les gens comme lui ! Il a pris le temps de nous emmener visiter Casares, un joli village typique andalou perché dans les montagnes ainsi que les bains de la Hedionda : des vestiges de thermes romains. Un endroit insolite où l'on peut se baigner dans les eaux sulfureuses dans une grotte et l'on finit par se badigeonner à l'argile que l'on gratte à la parois…  Quitter le boulot, le port et le bateau pour une journée, c’était le plus beau cadeau qu’il pouvait nous faire ! Merci Peter !

 

Quelques petits soucis de santé

 

Tom avait eu un petit accident à Cartagène, en voulant monter à bord du bateau, il avait glissé et c'était fissuré les côtes et fait une épicondylite... Aujourd'hui, les côtes sont enfin rétablies mais le coude prend beaucoup plus de temps à guérir malgré les différents traitements et cela nous a parfois inquiété pour la suite du voyage… De mon côté, c’est ma hanche qui me pose encore problème (depuis mon accident en janvier). Oui, décidément, on a eu un peu la poisse... Nous avons profité de cette longue escale pour nous soigner et nous remettre en pleine forme ! En commençant par l'ostéopathie, puis l'acuponcture et j’ai même pris des cours de yoga…  Mais nous n’allions pas vraiment mieux et finalement, nous avons trouvé un excellent médecin allemand, un spécialiste qui m’a diagnostiqué une boursite de la hanche et m’a fait un traitement au laser et chiropractie. Sans ce traitement, l’articulation risquait de s’abimer toujours plus… et je suis encore un peu jeune pour une prothèse de hanche ! Bref, aujourd'hui, nous sommes rajeunis et en pleine forme pour reprendre la navigation dans de meilleures conditions.

 

Départ pour Gibraltar, à une journée de navigation, de là nous attendrons les bonnes conditions pour nous diriger vers la Graciosa aux Iles Canaries...

Please reload