Quand le rêve devient une réalité...

February 6, 2017

« Tes rêves te demandent de risquer, de délaisser le confort, d’exister dans le monde, d’être différent, de déranger et de croire en toi » M-C Turgeon

 

Le grand départ approche... Mes peurs, mes doutes et mes incertitudes sont entremêlés d’un sentiment d’excitation et de joie… J’avoue que j'ai un peu peur de quitter mon cocon bien douillet, dans ce petit coin de paradis où je vis, pour vivre dans une petite boîte métallique qui se balance sur les vagues. J'ai peur de sortir de ma zone de confort et naviguer vers l’inconnu… J’essaie de me l’imaginer, cette vie sur l’eau... C’est mon rêve depuis tant d’années, mais je n'ai  jamais expérimenté une navigation en mer et je souffre d'un mal des transports terrible ! Il faut être un peu folle, non ? Mon estomac est déjà retourné lorsque je traverse le lac de Constance en ferry ou quand je me balade sur la Seine à Paris… Alors je vous laisse imaginer…

 

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayer la routine… elle est mortelle ! » Paolo Cohelo

 

Une routine que Tom et moi avons de plus de plus de peine à supporter. Mes horaires de travail irréguliers ne nous laissent que trop peu de temps ensembles. Parfois, j’aime bien vivre en décalage et avoir congé quand tout le monde travaille; me lever quand les autres vont au lit; me coucher à 10h du matin après une nuit de veille… Mais, je réalise qu’avec le temps et avec l’âge, ma santé finirait par en prendre un coup. J’ai travaillé six ans comme infirmière en psychiatrie et j'ai beaucoup aimé côtoyer les personnes atteintes de troubles psychotiques. Cependant, les conditions de travail sont parfois difficiles : on nous demande toujours plus, sans avoir vraiment de reconnaissance… Toutes ces années ont finies par bouleverser mes valeurs… Frustrations, déceptions, et sentiments de dégoût de moi-même car je me voyais devenir l’infirmière que justement, je m’étais promis de ne jamais être… La voyageuse aventurière s’est endormie pour devenir un peu trop stressée, angoissée, frustrée et négative… Bref, il est grand temps que cela change!

 

Etait-ce ce besoin de lever le pied qui a mis devant moi une épreuve à relever avant le départ ? Je me retrouve alitée avec une fracture du col du fémur (oui, je sais, c'est un truc de vieux normalement). Une très mauvaise chute, la faute à « pas de chance » un vendredi 13… Des douleurs à m’en tirer les larmes des yeux et à me faire claquer des dents. C'est fou ce que c'est handicapant ! Je dois être attentive et concentrée sur chaque mouvement, moi qui suis du genre hyperactive, maladroite et incapable de tenir en place. C’est une véritable épreuve ! Un exercice de "zénitude" qui probablement me sera un jour utile pour la nouvelle vie qui m’attend…

 

Chaque jour qui passe, je laisse enfin du temps au temps… Je ralenti le rythme et rêve à notre projet… Ce but qui m’aide pendant ces longues journées dans mon lit où je me tortille dans tous les sens à la recherche d’une position confortable qui soulagerait mes douleurs… J’ai le temps, le temps de rêver et de voyager. Le temps, celui qu’on a plus ou qu’on ne prend plus.

 

Parfois la maladie nous rappelle que la vie est courte et qu'il faut en profiter. Ne pas attendre la retraite pour avoir des projets. C'est important d'avoir des buts et une passion, ce que beaucoup ignorent et n'ont pas.

 

Quand on a demandé au Dalaï Lama ce qui le surprenait le plus au sujet de l'humanité, il a répondu: « L’homme, parce qu’il sacrifie sa santé pour l’argent, ensuite il sacrifie tout son argent pour recouvrer la santé. Par la suite, il est tellement anxieux au sujet du futur, qu’il ne profite pas du moment présent : le résultat est qu’il ne vit ni le présent, ni le futur, il vit comme si il était immortel et il meurt n’ayant jamais vraiment vécu… »

Please reload