Voici ici quelques règles pour éviter que les fruits et légumes ne mûrissent trop vite et les règles pour éviter les cafards et charençons... La liste n'est pas exhaustives et ne contient pas la préparation des conserves... 

La conservation des aliments

 

 

  1. Eviter une invasion de cafards ou charançons.

 

 

  • Mettre absolument tous les aliments tel que riz, pâtes, lentilles, farine et compagnie dans des boîtes bien hermétiques en plastique ou en verre (mais avec le risque que ça casse). Du coup, il faut prévoir assez de récipients ! Les gallons d’eau de 4 ou 5 litres qui ont été vidés et séchés sont de bons contenants pour stocker la farine, les petites pâtes et tout ce qui peut rentrer à l'aide d'un entonnoir.

  • Eliminer tous les emballages plastiques et cartons (les cafards aiment beaucoup les cartons !), c’est également une manière de réduire un maximum les déchets plastiques une fois en navigation ou dans des lieux où on ne peut pas les éliminer… Une fois, j’ai vu un cafard dans un emballage plastique qui entourent les pack de rouleaux de PQ, donc ceux-là aussi restent sur le quai…

 

  • Toutes les boîtes de conserves sont nettoyées avec une lingette humide (beaucoup de navigateurs enlèvent également les étiquettes pour éviter les cafards mais aussi pour les stocker dans les fonds de cales). Inscrire le nom de l’aliment au stylo indélébile sur la boîte.

  • Les œufs sont stockés dans des boîtes en plastique spéciales pour les oeufs

 

  • Au magasin, bien observer les paquets transparents, parfois on voit déjà la vie à l’intérieur…

 

  • Ajouter une feuille de laurier dans les bocaux évite la prolifération de charançons.

 

  • Laver tous les fruits et légumes à l’eau douce ou à l’eau de mer. Attention : les cafards aiment bien les têtes d’ananas et les bananes (les bananes sont aussi très apprécies des chauves-souris, expérience faite ! Si nous n’avons jamais eu de cafards à bord, nous avons eu une chauve-souris !)

 

  • Et si par hasard, un cafard a pu s’échapper et se promène dans votre bateau, surtout ne pas l’écraser (il va libérer ses oeufs...) mais l’envoyer direct par-dessus bord !

 

  • Toujours avoir à bord les traitements anti-cafards pour être prêt si besoin. En prévention, après avoir fait les gros achats, je mets une gouttelette du produit anti-cafards « combat » dans les coins des armoires et stock à provision.

 

  • Ne pas garder de poubelle ouverte à bord et veillez soigneusement à l’hygiène de vos stocks de provisions. J’inspecte régulièrement les placards, chaque boîte hermétique et les coffres à provisions.

 

  • Ne jamais laisser de nourriture quand on stock le bateau sur un chantier, tout est vidé et nettoyé avant les retours en Suisse. Les cafards ne trouveront rien à se mettre sous la dent à bord de Vagabond !

 

Ces quelques règles indispensables nous ont évité, jusqu’à présent, d’avoir un seul passager clandestins non désirable à bord du bateau. On a vu quelques navigateurs arrivés aux Marquises, envahi de bestioles après avoir stocké toutes leurs pâtes achetées au Panama dans leur emballage d’origine. Une fois à bord, les cafards prolifèrent et c’est un cauchemar !

 

2. Stocker des fruits et des légumes sans frigo

 

  • Choisir les fruits et légumes du marché qui n’ont pas été stocké au préalable

  •  dans un frigo ! Acheter sur le marché ou directement au producteur. 

  • Ne jamais mettre ensemble les patates et les oignons car les oignons accélèrent le mûrissement des patates !

  • Choisir les tomates bien vertes et les emballer séparément dans du papier journal  

  • Pour les longues traversées, je stock les fruits et légumes dans des cachots dans la couchette avant du bateau. Mais sinon, nous n’avons pas beaucoup de place à bord pour stocker beaucoup de fruits et légumes car nous utilisons la couchette avant. Les fruits et légumes sont alors stockés dans des filets dans le carré.

légumes qui se conservent bien :

Pamplemousse

Le choux : soupoudrer la partie entamée de poivre pour mieux le conserver.

Les courges se conservent très longtemps

Combombres, courgettes (les plus grosses) aubergines,

 

Pour ce qui est du persil et coriandre, trucs fragiles, apparement, une solution serait de les mettre dans un sac en plastique que l’on remplit de CO2 en les gonflant à la bouche. Pas essayé, ces denrées sont rares ou chères dans la plupart des endroits visités.

 

Les patates se conservent dans un endroit sombre et sec, dans un panier ouvert de manière lâche (jamais un sac hermétique), genre un sac de jute.

 

Oignons et ail sont également conservés à l’abri de la lumière et de l’humidité et pas dans un sac hermétique et attention, par manque de place, on aurait tendance à mettre ensemble patates et oignons mais les oignons font faire mûrir les patates à une vitesse folle ! Les stocker séparément. J’utilise un sac en toile pour les oignons et l’ail. Tous les deux se gardent ainsi très très longtemps et sont une source de vitamines importantes sur le bateau (ainsi que pleins d’autres vertus…).

 

Bien surveiller son stock de fruits et légumes, si un seul est moisi, il risque de contaminer les autres…

 

 

L’éthylène est un gaz d’origine naturel, plus connu comme « l’hormone du vieillissement des plantes ».

Ce gaz est responsable du mûrissement des produits végétaux et facilite que les fruits et légumes changent de couleur, obtiennent leurs textures caractéristiques et développent leurs saveurs.

On fait la distinction entre deux types de fruits et légumes :

– Les productrices de gaz éthylène, tel que : les pommes, les mangues, les melons /pastèques, les bananes, les avocats, les prunes, les raisins, les tomates et les ognons.

– Les sensibles à l’éthylène, comme : le brocoli, la laitue, les asperges, les pommes de terres ou les carottes.

Quand les fruits atteignent un stade de mûrissement optimum elles continuent à produire de l’éthylène, en accélérant la maturation des fruits et légumes autour, les faisant se décomposer beaucoup plus vite que de normale : goût amer des carottes, rugosité des feuilles des asperges, tâches rougeâtres sur la laitue, perte de couleur du brocoli ou ramollissement des tomates vertes mûres ….

 

 

Ne pas stocker fruits et légumes productrices et sensible à l’éthylène ensembles.

 

 

 

Ne pas stocker fruits et légumes productrices et sensible à l’éthylène ensembles.​

 

La conservation des aliments est primordiale à bord d’un voilier parti en croisière hauturière. Les réserves qui doivent durées plusieurs jours sont destinées à confectionner des repas variés. L’équipage nourri matin et soir aux pâtes à l’eau de mer prépare immanquablement une mutinerie digne du BOUNTY.

Dans le prochain numéro nous vous présenterons une liste d’avitaillement pour 15 jours de voyage avec un équipage de quatre personnes.

D’abord les produits lyophilisés et les conserves que vous achetez dans la grande surface voisine sont de très longue conservation. Au moment de leurs embarquements, n’oubliez pas d’enlever les étiquettes en papier qui ont tendances à se décoller et à tomber amoureuses de la pompe de fond de cale. Il est indispensable marquer au feutre indélébile sur le dessus de chacune d’entre elles ce qu’elles contiennent et leurs dates de péremptions car, d’abord, vous n’avez plus d’étiquettes, mais aussi cela permet de ne pas être contraint de les sortir du coffre ou vous avez eu tant de mal à la caser juste pour savoir si celle la que vous souhaitez manger.

En dehors de ces produits faits pour de longues conservations, il est important de connaître la façon de conserver des aliments de bases indispensables sans être obligés de trouver la place pour un congélateur « bahut » .

 

Le beurre

Le beurre salé se conserve plus longtemps que le beurre doux. Mis dans un bocal opaque et hermétique, recouvert d’eau dans les fonds du bateau, il se conservera plusieurs semaines.

 

Le fromage

Les  Hollande, Baby Bel, Gouda et autres fromages rouges à la croûte de cire se conservent sans difficulté. Les Fêta et chèvres baignant dans l’huile, présentées dans des emballages verre, peuvent être utilisés après plusieurs mois.

 

Les œufs

Ne jamais laver la coquille d’un œuf, sa protection naturelle contre les agressions extérieures disparaîtrait. Ils peuvent être conservés 2 à 3 mois, surtout si on pense à les enduire de vaselines et de les retourner régulièrement pour éviter que le jaune ne tombe contre la paroi et pourrisse.

 

Le lait
Le lait UHT  se conserve huit à douze semaines. Le lait en poudre, très facile à stocker, d’un poids négligeable et d'une utilisation très simple n’a besoin que d’une boite hermétique à l’humidité pour être utilisable des années. Le lait concentré ne demande aucune précaution de conservation.

 

La crème fraîche

Les briques de crème fraîche longue conservation UHT se trouve de plus en plus facilement partout. Elles se conservent parfaitement dans la relative fraîcheur des fonds du bateau et en petit conditionnement elles pourront être consommées chaque fois complètement.

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram